En  Janvier 2013, édition de la première capsule montrondaise…

 

C’est une sérigraphie du château et du logo de la ville qui orne la plaque de muselet 2013.

Un peu d’histoire…

C’est aux alentours de 1173 que le château fut édifié sur un mont – rond, seul point élevé de la plaine sur la rive droite de la Loire. Ce sont les Comtes du Forez qui ordonnèrent sa construction pour assurer la sécurité de la région. À la Renaissance, la forteresse fut transformée en un magnifique château où l’on organisait des fêtes grandioses.

 

Il est, aujourd’hui, une des fiertés de la ville de Montrond les Bains et c’est pourquoi nous l’avons choisi pour décor de notre première plaque de muselet.

 

En 2014, notre seconde capsule  représente une autre curiosité de notre ville : le viaduc du Cerizet.

 

Il fut construit en 1875 pour permettre aux chemins de fer de traverser la Loire et de relier Montrond à Montbrison sur une ligne qui venait de Lyon. Il mesure 420 mètres de long, possède 20 arches de 20 mètres de portée.

Une voie unique servait aux transports des voyageurs ou des marchandises. Comme cette ligne s’est avérée peu rentable, elle fut abandonnée petit à petit.

En 2002, elle devint la propriété de la communauté de communes du Pays de Saint-Galmier et dans le cadre de l’aménagement des bords de Loire,  elle fut réhabilitée en 2012. Aujourd’hui, le Viaduc du Cerizet est devenu un lieu de promenade parfaitement aménagé pour le plus grand plaisir des montrondais.

PLACO CHAMPAGNE 2 027.jpgCapsule_Montrond 2014.JPG

En 2015

 

Et pour les collectionneurs, pour la troisième année consécutive, nous avons édité une nouvelle capsule qui met en avant notre ville d’eau.

Un peu d’histoire pour vous l’expliquer…

Vers la fin du XIXème, des ingénieurs cherchaient du charbon dans les monts du Forez et du Lyonnais. Au hasard de leurs recherches, ils firent jaillir un geyser d'eau chaude. C’est ainsi qu’en 1885 est née la station thermale de Montrond les Bains réputée pour son eau aux vertus digestives et pour ses cures de remise en forme.

 À l’époque, une affiche fut réalisée pour faire la promotion de la ville d’eau de Montrond les Bains.

 C’est à partir de cette affiche du style des années 30, qu’une fresque fut réalisée sur un mur aveugle de la ville par une société stéphanoise il y a maintenant quelques dizaines d’années.
>  

Quelques informations historiques pour expliquer notre capsule 2017 :

Le dauphin comme l’un des emblèmes du Forez peut paraître bien étrange pour une contrée si loin des mers et des océans. De nombreuses explications sont données à ce sujet mais elles diffèrent toutes les unes des autres.
Nous préférons donc nous en tenir au fait et vous dire que l’emblème du Dauphin a été adopté par deux grandes familles féodales :
  les Comtes de Vienne et d’Albon et leur comté est devenu le Dauphiné de Viennois
  les Comtes de Clermont en Auvergne et leur comté est devenu le Dauphiné d’Auvergne.
Au XIIIème siècle, les Comtes de Lyon et
du Forez ont eux aussi introduit le dauphin dans leurs armes. (Source http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1893_num_54_1_447742)
De ces moments d’histoire, nous avons gardé le Dauphin comme emblème.

Notre capsule de cette année met aussi en vedette ce qui fait l’identité de notre petite ville : le château médiéval de Montrond
C’est sur un filon de roche magmatique (un dyke) qui, chez nous, prend la forme d’une sorte de tertre (d’où mont rond) qu’a été édifié le château au XIIéme et XVIéme siècles.
En 1302, le Comte Jean Ier échangea la tour de Montrond avec Arthaud de Saint-Germain. C’est Arthaud IV vers 1325, qui commença la construction d’un premier château fort. Agrandi par ses successeurs, il trouvera sa structure définitive à la Renaissance.
C’est en 1523 qu’Arthaud IX épouse Marguerite d’Albon.
C’est par cette alliance et à cette époque que la renommée de Montrond atteindra son apogée. La famille quitta Montrond en 1730 pour s’établir près de Paris. C’est en septembre 1793 que le château sera incendié par un détachement de soldats révolutionnaires. La maison d’Apchon-Montrond s’éteindra définitivement en 1807 avec l’unique fille morte sans descendance.
Le château fut vendu en 1828 à un particulier qui en fit une carrière de pierres ! Laissé pendant un siècle et demi à l’abandon, le château fut finalement sauvé par l’Association des Amis du Château fondée en 1969. Depuis 1984, il est devenu la propriété de la commune. Il abrite
aujourd’hui dans son donjon, le musée postal du Forez. Des salles de réunions, de conférences et d’expositions y ont également été aménagées.
(Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Montrond-les-Bains)

 

Voici quelques informations à propos l’église Saint-Roch de Montrond les Bains qui figure sur notre capsule 2016 :

 

Édifiée et transformée entre le 16eme et le 19éme siècle, l’église Saint-Roch de Montrond les Bains est de style roman. Elle est l’ancienne chapelle du château. Le pignon au dessus du porche est surmonté par une statue de la vierge. Le clocher carré, construit au nord-ouest de la façade, comporte deux niveaux auxquels on accède par un escalier qui dessert la tribune puis le beffroi où se trouvent deux cloches. Les cloches furent fondues en 1793 pour faire des boulets de canon. En 1832, Victor Dugas fit cadeau d’une cloche à la paroisse. Et ce ne fut que 100 ans plus tard qu’une cinquantaine  de familles montrondaises offrirent la seconde.

Aujourd’hui, on peut encore admirer  à l’intérieur de l’édifice une magnifique clé de voûte au blason de la maison d’Apchon.  Ils étaient à l’époque, les Seigneurs de Montrond les Bains. Ils quittèrent le château et le domaine en 1728 pour s’installer près de Paris.

Les vitraux sont également remarquables : ils ont été créés en 1884 par l’atelier Mauvernay de St-Galmier d’une part et en  1896, par l’atelier Le Begule de Lyon, d’autre part.  

 

(Sources : Le patrimoine religieux de Montrond les Bains par les Amis du Château + http://www.ideoguide.com/rhone_alpes/loire-42/loisir-eglise-saint-roch,14821.html)